Mohamed Ben Jassem Ben Abdallah Zwid

Bahrein

Fans de Mohamed Ben Jassem Ben Abdallah Zwid

9
Feedeetaah
Feedeetaah Love
didif
didif didif
Rayane
Rayane Dasri Nourddine
Ali
Ali Maadarani

Artistes similaires à Mohamed Ben Jassem Ben Abdallah Zwid

Turki
Turki
Khaled Al Sheikh
Khaled Al Sheikh
Alekhwa Band
Alekhwa Band
Ahmed Elgomery
Ahmed Elgomery
Happiness Band
Happiness Band

Bio de Mohamed Ben Jassem Ben Abdallah Zwid

En savoir plus
Mohamed Ben Jassem Ben Abdallah Zwid est un bahreïnien, né dans la région de Hala Abou Maher dans la ville Muharraq en 1900.

Jeune il apprend, comme tous les enfants de son âge, le coran sous le supervision d’un récitateur nommé Sayed Ali, il poursuit par la suite ses études normalement jusqu’à l’âge de 15 ans où il est obligé d’y mettre un terme à cause des difficultés qu’il rencontre, qui l’obligent à démarrer à ce jeune âge sa vie professionnelle. Il commence par être matelot sur les embarcations de plongée de la chasse aux perles, avant de devenir lui-même plongeur.

Cette expérience durera plus d’un an. A cette même époque, il rencontre Le chanteur défunt Mohamed Ben Fares qui allait devenir par la suite son professeur de musique. Il lui apprend à jouer du luth et affine ses capacités vocales en concentrant son enseignement sur les chants bahreïniens et les spécificités vocales de leur pays. En contre partie, Mohamed l’aide avec ses courses et ses affaires courantes.

Cette période de sa vie coïncide avec une ère de renouveau pour la culture au golfe et l’ouverture de cette région sur ces voisins, l’émergence et la banalisation des phonographes et des platines avec ses lots de chanteurs orientaux à l’instar de Sayed Darwich et des grands maîtres irakiens du chant. Zwid commence à dessiner petit à petit sa carrière en chantant lors des mariages et des célébrations pour un petit peu d’argent.

Grâce à ces apparitions, il commence à constituer une base de fans non négligeable, qui lui permet de se produire lors des soirées de musique organisées au Bahreïn. En 1929, il eut la chance de partir en Irak pour enregistrer sa première chanson Salam Ya Zine avec 12 autres grâce à la société de productions des frères Bidha (Botros et Jobrane), BidhaPhone et leurs représentants au Bahreïn les frères Al-Saâati (Abd Al-Hassan, Ibrahim et Ismaïl).

L’Irak devient depuis lors sa deuxième maison. Il y retourne plusieurs fois et se fascine pour les différents types de musiques dont regorge ce pays, jusqu’en 1936, date à laquelle il enregistre pour la deuxième fois à Bagdad pas moins de 40 chansons. A la même période il part aussi en Inde enregistrer quelques uns de ses morceaux avec la société Odéon. Tout ceci lui permet de faire parvenir plus facilement son art aux auditeurs.

5 ans après, Zwid fait une rencontre qui allait changer sa vie en la personne de Youssef Omran, un inconditionnel de la voix bahreïnienne et un amoureux de poésie arabe, qui en fait sa vedette dans ce qui peut être considéré comme un club de rencontre musicale : la maison Al Khadhari. Un an après, en 1942, les anglais ouvre la première radio du Bahreïn. Rapidement la voix de Zwid devient une des voix stars de cette radio, en compagnie d’autres artistes comme Mohamed Ben Fares ou Mohamed Issa Alaya.

Cette expérience lui permet également de faire parvenir son talent à un plus large public. Un deuxième événement allait marquer la vie de Zwid. Mohamed ben Fares son maître et professeur décède. Voulant perpétuer les enseignements de ce grand de la musique, il reprend la maison qui était sienne, la maison Ben Fares (aussi connu sous le nom de la maison d’Al Basra) et la ranime en tant que pôle de rencontre et d’enseignement musical.

A cet effet, il prend des élèves pour leur transmettre ce que lui aussi un jour a reçu. Mais bientôt, un troisième évènement bouleverse sa carrière. En 1955, la première radio nationale du Bahreïn voit le jour, et sa voix atteint de plus en plus de gens. Il devient la personne à avoir lors des soirées de musique, des fêtes et des célébrations. Ainsi, il rentre de pleins pays dans les années 60, qui correspondent à sa période de maturité, une période où il atteint le sommet de son art.

En même temps, il commence à devenir célèbre aussi dans les pays du golfe, concurrençant même la star de l’époque, le grand chanteur irakien Hadhiri Abou Aaziz. Zwid a de plus en plus de temps d’antenne, il anime même de ses chansons tout l’après-midi de tous les vendredi sur les ondes de la radio du Bahreïn.

Dans les années 60, il participe aussi à plusieurs concerts et festivals en dehors du Bahreïn, comme sa participation aux célébrations du Koweït pour son indépendance en 1961, où il enregistre aussi plusieurs de ses chansons dont la célèbre Jassad Nahel w Qalb Jarih. Et il continue ainsi jusqu’à son dernier concert, un hommage à sa propre personne organisé par le ministère de l’information du Bahreïn en 1978. Mohamed Zwid nous quitte un certain samedi 5 Juin 1982.


Photos de Mohamed Ben Jassem Ben Abdallah Zwid

2 Tout voir
Google+

Ajouter X titres
Loading...